Le Blog du professeur Tournesol

Suivez l’actualité du monde de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur

Le Monde dé zidais 29 octobre 2009

Filed under: Nouvelles de Moulinsart — professeurtournesol @ 22:51

Une chronique d’un abonné du monde serait consacrée à la délicate question de la gratuité des études universitaires. Mais de gratuité il n’est en fait que très peu question dans ce texte. Tout au plus on y trouvera l’affirmation (non justifiée) que

le revers de la gratuité est de transformer les étudiants en simple consommateurs : ils sont là car ils y ont droit.

A moi il me semblait qu’un consommateur c’est une personne qui estime avoir un certain nombre de droits sous pretexte qu’il paie, justement. En fait le revers de la non-gratuité est précisément de transformer les étudiants en consommateurs… une telle liberté à l’endroit de la réalité laisse présager une bien mauvaise chronique.  Le texte est à vrai dire une sorte de plaidoyer non assumé pour le salariat étudiant :

Une idée pourrait ainsi être d’obliger chaque étudiant inscrit à travailler deux heures par semaine pour le compte de l’université. Quelque soit la tâche qu’il effectueraient, que ce soit du service dans un fast-food, du travail dans l’une des bibliothèques de l’université ou encore du tutorat, son salaire serait reversé sur le compte de l’université. En échangeant la cotisation financière par une cotisation temporelle, chaque étudiant se trouverait alors sur un pied d’égalité avec son voisin.

Ah la fausse bonne idée que voilà ! Outre qu’un tel système serait totalement contraire au droit du travail, il aurait le double inconvénient
1. d’ajouter une activité supplémentaire qui parasite le travail personnel des étudiants
2. de ne pas résoudre le problème du financement des universités.
Exemple : le budget de l’université Lyon 1 est 300 millions d’euros. Cette université compte 34.000 étudiants. A raison de 2 heure par semaine payées au SMIC pendant 30 semaines (universitaires) cela fait 600 euros par an et par étudiant ; soit en moyenne (et à la louche) 400 euros de plus que les frais d’inscriptions annuels payés par un étudiant. On arrive donc à 34.000*400=13.600.000, soit moins de 5% du budget, sans compter qu’il faudra effectivement trouver du travail à tout ces étudiants (pas gagné) et gérer la logistique qui va derrière (c’est mois lourd d’avoir un salarié présent pendant 35 heures que 18 étudiants qui font 2 heures par semaine, et ont des contraintes horaires liées à leur emploi du temps universitaire… bref, un casse-tête bureaucratique en perspective et des coûts supplémentaires).

Une question me vient à l’esprit : Le Monde choisit-il les chroniques d’abonnés qu’il publie en ligne ou procède-t-il simplement à une sélection aléatoire ?

Ajouts : 1. Je précise que les fautes d’orthographes qui apparaissent dans les passages cités ne sont pas de moi.
2. Sur la question des droits d’inscriptions et du financement des universités je vous conseille ceci.
3. Pour connaître le(s) montant(s) des dits droits, c’est ici.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s