Le Blog du professeur Tournesol

Suivez l’actualité du monde de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur

Les refondateurs 17 novembre 2010

Filed under: Nouvelles de Moulinsart — professeurtournesol @ 07:35

Chapeau à Philippe Petit qui consacre une entrée de son blog aux refondateurs et au livre que publient 5 d’entre eux : « Refonder l’université. Pourquoi l’enseignement supérieur reste à reconstruire » (la chronique de Philippe Petit peut aussi être écoutée sur France Culture).

C’est agréable de constater qu’il y a encore des journalistes qui prennent le temps d’écouter ce que les universitaires ont à dire.

 

9 Responses to “Les refondateurs”

  1. globette Says:

    Mouais ceci dit les universitaires ne sont pas réputés pour leur pédagogie et leur connaissance de la vie professionnelle..

    • professeurtournesol Says:

      Bonjour,

      merci de nous faire partager vos préjugés. Pourriez-vous également nous faire partager vos sources ou les preuves de ce que vous avancez ?

      Merci d’avance

      Tyrphpn T.

  2. globette Says:

    D’une part j’ai été étudiante, et c’est un constat unanime dans ce milieu. D’autre part il y a la recherche d’une explication, qui pourrait être par exemple que les universitaires ne reçoivent pas de formation pédagogique, et se retrouvent simplement là où ils sont parce qu’ils ont décroché une thèse, puis ils ont été recrutés sur des critères concernant essentiellement leurs compétences de chercheur.
    Il est bien connu (réputé, et constaté) que l’enseignement en université est beaucoup moins pris au sérieux que dans le secondaire.

  3. professeurtournesol Says:

    J’ai aussi été étudiant et le constat ne m’a pas semblé aussi unanime que ça (sauf peut-être parmi les cancres). Je suis désolé de me montrer un peu abrupt mais les arguments du type « il est bien connu » avancés sans le moindre indice de preuve ont tendance à m’agacer.

    Par exemple, il est bien connu que :
    – les fonctionnaires sont des glandeurs
    – les patrons sont des escrocs sans morale
    – les immigrés sont des voleurs
    – les garagistes sont malhonnêtes

    Quant à votre remarque sur la formation, sachez que les universitaires subissent (à un moindre degré certes, mais quand même) le même genre de « formation pédagogique » que leurs collègues du secondaire :
    – d’abord pendant leur thèse (il y a un avatar de l’IUFM pour le supérieur qui s’appelle le CIES)
    – ensuite quand ils sont recrutés (la plupart des universités « offrent » aux jeunes recrues des heures de formation en échange de maigres décharges d’enseignement pendant la première année).

    Sur le recrutement vous avez raison, il se fait sur des critères essentiellement « recherche ». Ca n’empêche pas la majorité de mes collègues de prendre très au sérieux leurs enseignements (ça s’appelle la conscience professionnelle). Et croyez moi, on ne recrutera pas quelqu’un à l’université si on pense qu’il n’est pas en mesure d’enseigner raisonnablement (si c’est un excellent chercheur, il sera peut-être recruté dans un organisme de recherche où il ne fera pas de cours).

    Autant je trouve légitime de critiquer les universitaires, dans la mesure où cette critique est argumentée et constructive (l’initiative des refondateurs, dont il était question à l’origine dans ce post, se veut justement constructive). Autant je commence à être lassé de cette rengaine revancharde contre les professions intellectuelles, qui semble être un tropisme très français.

  4. globette Says:

    Cher Tournesol,
    Difficile de naviguer dans votre tour d’ivoire sans subir vos petits réflexes d’auto-défense intellectuelle.
    Je connais votre milieu bien plus que vous ne le pensez, car j’ai été doctorante aussi, et je connais bon nombre d’universitaires. Mais peut-être que pour prouver mes dires je devrais vous envoyer une copie de mon diplôme et une attestation de monitorat ?
    Mais qui sont donc ces « cancres » qui dénigrent les universitaires ? Sont-ce ceux qui n’atteindront pas le doctorat ? Alors ce sont peut-être ceux qui ont le plus besoin de vous, Professeur Tournesol, non ?
    Quand on est un(e) jeune enseignant(e) à l’université et qu’on a un « bon contact » avec les étudiants, on apprend des choses stupéfiantes sur la pédagogie des dénommés « professeurs » : ne pas s’occuper, voire mépriser, les « cancres », par exemple. Ces « professeurs » sont une minorité ? Cependant certains d’eux sont responsables de filière, voire directeur de l’unité d’enseignement…
    J’ai aussi connu bon nombre d’étudiants, ou ex-étudiants, en économie ou psychologie par exemple, et qui dans leur cursus devaient suivre un ou des cours de maths complétement surréalistes.
    Et que dire de la façon dont on traite les « vacataires » ?
    Voyez-vous Mr Tournesol, je suis devenue enseignante dans le secondaire après mon doctorat. On rencontre d’ailleurs beaucoup d’ex-cancres d’université dans la salle des profs ! Mais peut-être devrais-je aller recueillir des témoignages avec signatures et copies de la carte d’identité pour satisfaire votre soif de preuves.
    Waouw « on ne recrutera pas quelqu’un à l’université si on pense que… », quel critère d’évaluation : « penser que! ».
    Dieu merci (et cela semble s’améliorer avec la jeunesse), il y a bon nombre d’universitaires qui prennent leur tâche d’enseignement au sérieux. Hélas c’est l’université dans son ensemble qui ne le prend pas au sérieux (comparé à l’enseignement secondaire, disons). J’ai eu la chance d’être observée par des enseignants expérimentés durant ma formation, tels des inspecteurs. J’ai alors découvert que je ne savais rien jusqu’ici de l’enseignement, malgrè des années de monitorat qui se sont très bien passées pour moi, et aussi que mes profs de fac n’y savaient rien non plus, sauf exception.
    Tout cela est certainement mal écrit, vous qui « cherchez la p’tite bête » pour démonter les tentatives de discussion, vous êtes servi.

    • professeurtournesol Says:

      Vous êtes une zouave Madame globette. Vous parlez de « tentative de discussion » alors que vous avez débarqué chez moi (oui, ici vous êtes chez moi) avec ce commentaire lapidaire :

      Mouais ceci dit les universitaires ne sont pas réputés pour leur pédagogie et leur connaissance de la vie professionnelle..

      La mauvaise foi a quand même des limites! Car il faut vraiment être de mauvaise foi pour écrire :

      Waouw « on ne recrutera pas quelqu’un à l’université si on pense que… », quel critère d’évaluation : « penser que! ».

      Oui quand vous recrutez quelqu’un vous étudiez son CV, vous l’entendez en entretien (dans certaines disciplines on met les gens en situation), et vous jugez (vous « pensez que »). On fait comme ça dans tous les domaines d’activité.

      Vous écrivez ensuite :

      Dieu merci (et cela semble s’améliorer avec la jeunesse), il y a bon nombre d’universitaires qui prennent leur tâche d’enseignement au sérieux. Hélas c’est l’université dans son ensemble qui ne le prend pas au sérieux (comparé à l’enseignement secondaire, disons).

      « Il y a bon nombre d’universitaires qui prennent leur tâche d’enseignement au sérieux » ? Tiens, vous sembliez dire précisément le contraire dans votre premier commentaire, et justement je tentais de vous inviter à ne pas faire de généralité. Quant à l’enseignement secondaire la situation est tellement disparate sur le territoire que je me garderais bien de tout jugement définitif (pour faire des interventions -bénévoles- en collège ou lycée, je peux vous dire qu’on trouve le meilleur comme le pire en terme d’enseignants et de respect des élèves… mais vous le savez surement déjà).

      Par ailleurs, comparer le supérieur et le secondaire n’a pas grand sens (pas plus que comparer le secondaire avec la maternelle) : le public n’est pas le même, on n’y enseigne pas la même chose, et dans un esprit différent.

      Vous dites connaître le monde universitaire. Je vous crois volontier, mais la description que vous en faites ne correspond pas à la réalité que je vis quotidiennement. Appelez-ça un petit réflexe d’auto-défense si ça vous chante… en tout cas vos tirades donnent la désagréable impression d’une bonne dose de rancoeur.

      Une question qui n’a pas grand chose à voir (juste pour ma culture personnelle) : quel genre de « cours de maths complétement surréalistes » devaient subir ces étudiants en éco et psycho ?

    • professeurtournesol Says:

      Quelques commentaires supplémentaires à votre réponse.

      Vous écrivez : « Mais peut-être devrais-je aller recueillir des témoignages avec signatures et copies de la carte d’identité pour satisfaire votre soif de preuves. »

      Je demande simplement des références à des études statistiques ou qualitatives sur le sujet, des enquêtes, etc… bref, des données objectives. Une expérience individuelle, aussi enrichissante soit-elle, ne dit rien de la situation globale.

      Vous interrogez : « Mais qui sont donc ces « cancres » qui dénigrent les universitaires ? Sont-ce ceux qui n’atteindront pas le doctorat ? Alors ce sont peut-être ceux qui ont le plus besoin de vous, Professeur Tournesol, non ? »

      Les cancres dont je parle sont les quelques étudiants qui ne viennent par exemple pas aux cours de soutien qu’on organise (bénévolement) pour eux alors qu’ils sont en difficulté. Les critiques les plus virulentes contre « les profs » je les ai toujours entendues dans la bouche de ceux qui sont le moins disposés à saisir les opportunités qu’on leur donne. Je le dit de manière d’autant moins complexée que mes amphis sont bien remplis, mes groupes de TD aussi, et que je garde un bon contact avec mes anciens étudiants. Mais vous n’êtes pas obligée de me croire!

  5. globette Says:

    Votre fierté vous aveugle. Bybye.

    • professeurtournesol Says:

      Beaucoup moins que ma myopie.

      Je formule le voeux que vous fassiez malgré tout l’effort d’aller lire le bouquin des refondateurs (je m’engage à vous l’offrir si vous vous engagez à le lire) : son propos est bien plus inspiré que notre piteux échange (dont j’assume la co-responsabilité).

      Dommage de ne pas avoir répondu à ma question sur les « cours de maths surréalistes » donnés aux étudiants en éco et psycho.

      Au revoir chère zouave… merci de ne pas oublier vos préjugés et autres idées toutes faites chez moi. Ca fait désordre.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s