Le Blog du professeur Tournesol

Suivez l’actualité du monde de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur

Brosse à reluire 2 1 mars 2010

Filed under: Cours en Stock,Nouvelles de Moulinsart,Tryphonneries — professeurtournesol @ 17:51

Dans l’un des derniers billets je m’énervais contre la complaisance d’une journaliste de France Info avec son invité, Claude Allègre, fer de lance des climato-sceptiques.

Quelques jours après, la même journaliste montrait une passivité identique avec un « réchauffiste ». L’interviewé (dont j’ai oublié le nom) dérape sans prévenir et fait un rapprochement plus que douteux entre le réchauffement climatique et la neige fondue aux JO de Vancouver, sans que l’intervieweur ne réagisse… une manière de respecter la neutralité politique exigée par le CSA ?

Mieux (ou pire).

La veille c’est à Jean-Paul Brighelli que France Info passait la brosse à reluire. Il a pu expliquer sur le ton de l’expert, sans même le début d’un millième de poil-du-cul de contradiction de la part de l’intervieweur, qu’on est en train de frabriquer une société atteinte d’Alzheimer généralisé avec un usage inapproprié des NTIC (essentiellement internet) à l’école (mais aussi à la maison).

La station s’est même fendue, pour appuyer les dires de l’expert, d’un mini-reportage auprès d’un drogué du portable-gadget qui (horreur) ne connaît par coeur que 2 ou 3 numéros de téléphone.

de Brighelli à Debray

J’aimerais profiter de l’occasion pour revenir sur le discours de Mr. Brighelli. Au cours de l’interview il compare le cerveau à un muscle (ce qui me semble une grave erreur anatomique doublée d’un manque de jugement certain) et avance qu’à force de ne plus l’exercer (en allant chercher par facilité des informations sur internet ou sur notre « I-truc ») nous allions perdre petit à petit cette faculté.

Si on invitait plutôt des gens comme Régis Debray à la radio, on apprendrait que

La déchéance des membres inférieurs était jadis pronostiquée chez les bipèdes motorisés. Or, moins les citadins marchent, plus ils courent. Au lieu de l’atrophie annoncée, la remusculation.

C’est le fameux effet-jogging, qui permet de prendre conscience du

caractère en général infondé tant des alarmes que des promesses « futuristes ».

Mais comme on dit dans les médias, ce genre de type (Debray) est moins « clivant ». Il ne fait pas polémique. Pourtant son analyse de la modernité est nettement plus pertinente et nuancée que celle, caricaturale, d’un Brighelli (ou son envers, en la personne d’un admirateur-béat de NTIC, dont on parlait ici).

On trouve d’ailleurs déjà des manifestations de l’effet-jogging à travers les jeux qui permettent d’exercer sa mémoire et sa vivacité intellectuelle (le sudoku, le programme du Prof. Machin, etc…). Birghelli tourne cela en ridicule en comparant ceux qui jouent à ces jeux à des malades qui s’exercent. Trouve-t-il les joggeurs ridicules ? (j’en doute)

Par ailleurs il y a fort à parier que, passé l’effet de mode, l’aspect compulsif et ultra-consumériste de l’usage de ces nouveaux outils technologiques fera long feu. Il se normalisera, et passera à une utilisation plus mature et moins « gadget ».

Mais dire cela, c’est moins vendeur que de crier à la décadence de nos sociétés modernes. Car il s’agit de ça : vendre. Faire de l’audience pour la station de radio, et refourguer sa cam’ pour l’invité (aujourd’hui on n’invite pas quelqu’un à la radio pour l’entendre raconter des trucs intelligents ; l’invité a tojours quelquechose à vendre : un livre, un programme électoral, une cause, ses fesses, …).

Conclusion

Ce billet sans queue ni tête avait pour objet de dire ma frustration. Frustration de constater la manque de professionnalisme des journalistes (à leur décharge, on ne leur laisse pas le temps de l’être). frustration devant la médiocrité d’invités qu’on nous présente comme des « intellectuels ». Frustration de voir que quelqu’un comme Debray, assassiné (symboliquement) en son temps par un grand admirateur de Botul.

Publicités
 

Bonne année ! 4 janvier 2010

Filed under: Cours en Stock — professeurtournesol @ 23:25

Bonne année !!!

Ce matin je reprenais le boulot. Au réveil, une excellente surprise : la ville était couverte d’un joli manteau blanc. Le lundi je me lève tôt (5 heures) : je dois préparer mon cours, qui commence à 7h45, et que, pour diverses raisons, je ne peux pas préparer avant. Aujourd’hui c’était amusant de pédaler dans la neige pour me rendre à l’université. Arrivé sur les lieux (vers 6 heures) je commence à préparer mon cours, échange quelques amabilités avec des collègues matinaux (essentiellement des personnels d’entretien), et trie mes mels.

A la fin du semestre (le cours d’aujourd’hui était le dernier) les étudiants sont moins nombreux (il faut dire que la neige un lundi 4 janvier au matin, ça n’aide pas vraiment) et ceux qui ont fait l’effort de venir (et trouvé un bus qui circule !) ne sont pas très attentifs. Obligé je fus (à mon grand désespoir) de leur faire une leçon de morale :

Mode culpabilisation ON
Alors voilà, je suis certain qu’avec les profs plus stricts on entend les mouches voler en cours ! Vous vous souvenez en début d’année quand j’ai dit que je vous considérais comme des adultes… et bien je constate qu’avec ceux qui vous traitent comme des adultes vous vous considérez comme des gamins. Finalement vous me démontrez par l’exemple qu’être « cool » c’est nécessairement être « laxiste ». J’imagine qu’avec Monsieur XXX vous ne vous permettez pas autant de libertés [tous ceux qui ont Monsieur XXX en cours font oui de la tête]. Etc…
Mode culpabilisation OFF

Résultat, même les mouches n’osaient plus faire de bruit. J’en était gêné.

Fin du cours à 9h45… j’enchaîne sur 3h de TD de 10h à 13h15 (avec une pause de 15 minutes au milieu), avec les mêmes étudiants. Absurdité pédagogique de mettre 5 heures de la même matière sur une demi-journée. Mais c’est tellement plus facile pour faire les emplois du temps (c’est en tout cas ce qu’on m’a expliqué).

Bienvenue dans l’université du IIIe millénaire, rentable et efficace (tu parles) !!! Son leitmotiv : « les étudiants et enseignants-chercheurs au service de l’administration centrale » (et non l’inverse, comme cela devrait être).

Bonne année quand même, et vive la neige de janvier !!!

Le parc de la tête d'or sous la neige

 

Désemparé 20 novembre 2009

Filed under: Cours en Stock — professeurtournesol @ 00:01

Cette semaine je donnais les premières séances de soutien (dans le cadre du fameux Plan Licence, souvenez-vous) pour les étudiants de première année en difficulté. Tous ne sont pas venus, mais ceux qui était présents ont envie de travailler et de réussir. Manque de méthode, lacunes trop importantes, … quelle que soit la raison, je sais déjà que plusieurs d’entre eux vont échouer. Ce semestre en tout cas… ce qui ne présage pas forcément de l’avenir. Trop de profs s’imaginent que les choses et les gens sont figés ; ce n’est pas le cas !

Face à cette promesse d’échec je me retrouve désemparé. Oui, des étudiants motivés, travailleurs, et pas idiots, vont échouer… et ce malgré tous les efforts des enseignants pour leur donner le « coup de pouce » qui pourrait changer la donne. Pour ce qui est de la discipline que j’enseigne, la rupture (conceptuelle, de rythme, de méthode) avec le lycée est telle que c’est inévitable. Certains ont besoin d’un temps d’adaptation plus ou moins long. Reste pour eux à surmonter la barrière psychologique d’un échec dès la première année.

Désemparé, je l’étais aussi quand cette étudiante est venu me voir à la fin de la séance  pour m’expliquer qu’elle avait eu des « problèmes familiaux » en début de semestre qui avaient pesé lourd sur ses premiers résultats. Les larmes aux yeux, elle m’expliquait avoir peur d’avoir déjà mis en péril son année. Elle a fini par m’expliquer la nature de ses problèmes, qui n’ont rien de « simples » difficulté familiales. Cette jeune fille est originaire d’un pays assez instable politiquement et est orpheline. Son frère à récemment été blessé par une balle (tirée par des militaires réprimant des manifestations). Désemparé quand elle m’a dit se sentir coupable d’être ici, en France, en sécurité, et de ne pas avoir d’excellents résultats, alors que sa famille se trouve à des milliers de kilomètres, lui envoie de l’argent pour payer ses études, et souffre. Elle n’a évidemment pas à se sentir coupable, je lui ai d’ailleurs dit, mais c’est facile à dire…

 

Qui doit-on aider ? 31 octobre 2009

Filed under: Cours en Stock — professeurtournesol @ 18:19

Le Plan pour la réussite en Licence donne des moyens spécifiques pour des initiatives pédagogiques ayant vocation à lutter contre l’échec dans les premières années universitaires. C’est un peu une usine à gaz, mais ça va dans le bon sens (dans la mesure où les enseignants jouissent d’une liberté pédagogique totale). Pour la matière dans laquelle je donne mon cours magistral (un cours d’analyse en 1ère année, la rupture avec le Lycée y est radicale et les résultats aux examnes souvent catastrophiques), nous avons opté pour une solution peu originale : des séances de soutien pour les étudiants assidus qui se trouvent en difficulté.

Pour diverses raisons, aussi bien administratives (pas forcément évidentes) que pédagogique (plus compréhensibles), le nombre de places pou rces cours de soutien sont limitées. Outre que nous les réservons aux étudiants qui sont motivés (assidus, travailleurs, etc…), nous devons choisir quels types d’étudiants nous allons aider par ce biais.

Au départ, j’avais choisi les étudiants ayant les plus mauvais résultats au premier contrôle continu du semestre. Puis un chargé de TD m’a fait remarquer (non sans un certain cynisme) que
1. d’une part parmis eux certains étaient complètement « à la rue » (comprendre, ils n’ont pas acquis le minimum de base enseigné au Lycée) et probablement irrécupérables cette année.
2. d’autre part certains étudiants « un peu limites » (comprendre, ils sont moyens mais pourraient réussir à s’accrocher si on leur donne le coup de pousse approprié) profiteraient bien mieux de séances de soutien.

Je suis resté un peu perplexe. Ce collègue n’a pas tort…mais je me sens malgré tout le devoir de faire tout ce que je peux pour les irrécupérables (qui ne le sont pas forcément tous). Du coup j’ai trouvé une solution peu satisfaisante (le moindre mal selon moi) : diviser les heures de soutien par étudiant en deux, et constituer deux groupes :
1. un premier groupe de soutien constitué d’étudiants très en retard (dont certains n’ont probablement pas leur place à l’université, mais dont la grandeur de l’université est justement de les accueillir).
2. un second groupe de soutien constitué d’étudiants capables mais qui rencontrent quelques difficultés à s’adapter au rythme de l’université.

Espérons qu’on réussira à aider, d’une manière adéquate, chacun d’eux.

 

Une bonne rentrée 28 septembre 2009

Filed under: Cours en Stock — professeurtournesol @ 22:03

Après la grève de l’an dernier, et son lot de tensions, j’appréhendais un peu la rentrée. Je dois même avouer (à ma grande honte) que je suis allé donner mon premier cours du semestre à reculons. Il s’agit de surcroît d’un cours que je n’ai jamais fait, ce qui  augmente un peu le stress.

Le cours avait lieu ce matin, et commençait à 7h45 (du coup, levé 6h00). Je n’y ai trouvé que peu d’étudiants (la faute à la grève des TCL), pour la plupart motivés et intéressés (ce qui est loin de toujours être le cas). Les étudiants semblent avoir apprécié dans l’ensemble le découpage du cours en une partie pratique (pas toujours facile pour un cours de maths) et une partie théorique ; en revanche ils ne rigolent pas à mes blagues. Ils se sont montrés attentifs, balayant ainsi mes réticences. Il faut dire que je n’étais pas certain que mon découpage leur plaise (les étudiants sont souvent bien plus conservateurs qu’ils n’y paraissent).

Cette première  journée de cours du semestre a donc bien commencé. Elle s’est également bien terminée, avec le mel d’un ancien étudiant qui m’annonce avoir intégré l’école qu’il souhaitait et profite de l’occasion pour me remercier de ma patience (non, je ne suis pas mythomane) et de la lettre de recommandation que je lui avais écrite.

Je savoure !